Bérengère Deprez

Fiction

Le livre des deuils

Roman, Luce Wilquin, 2004

Qui écrit ? Qui existe ? Qui aime ? Qui souffre ? Romain, objet de tous les désirs de la narratrice, a bien assez de sa propre existence, de ses tristes certitudes et de ses doutes émerveillés, de sa rencontre avec Victoire, la lucide, ou Kate, l’énigmatique. Mais on n’échappe pas à l’auteur de ses jours. Pas plus qu’on n’échappe à sa créature… Duo, parfois duel, d’une écriture aux frontières du réel, Le livre des deuils est un parcours initiatique de l’écriture et de la création, une école du plaisir et de la douleur, une polyphonie du désir.

C’est un roman court mais pas facile, j’ai mis quatorze ans à l’écrire. Il a un côté polyphonique. Les personnages de ce roman me hantent depuis 1986